Souffrance au travail : oubliez le psychologue !

Entre 2007 et 2014, la psychologue du travail Lise Gaignard rédige des chroniques à partir d’entretiens menés dans son cabinet. Elle souligne les phrases les plus affligeantes, les retape, et change les prénoms. Aujourd’hui réunis dans un ouvrage, Chroniques du travail aliéné, ces textes sont poignants : la psychanalyste a du mal à relire son livre. Elle n’est pas la seule : « On m’a reproché de dire du mal des travailleurs », raconte-t-elle.

Si son texte suscite des réactions vives, c’est qu’il critique la dépolitisation de la souffrance au travail : à ses yeux, le changement le plus frappant dans le monde du travail en France n’est pas « la transformation – pourtant importante – des modes de management, ni les catastrophiques techniques d’évaluation pipées, ni la mondialisation. Pour moi, la différence majeure, c’est qu’en France, quand on est victime d’une injustice épouvantable au travail… on demande à aller chez le psy ! ».

> Lire l’article complet

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Apprendre à dire non au bureau

Un dossier de plus, un petit service, une réunion sur le pouce ? Oui mais non. Vous n’avez pas le temps, ou pas envie. Dire non : facile à dire mais comment s’y prendre ? Voici 3 astuces pour oser le faire plus souvent.

  1. Astuce n°1 : Clarifions vraiment ce que nous sommes prêts à accepter ou pas [Se préparer, clarifier]
  2. Astuce n°2 : Faites « payer vos oui » [Différer, prendre du recul…]
  3. Astuce n°3 : Utilisez le « disque rayé » mais avec le sourire

> Lire l’article sur le site Terra Femina (2013)

> Sur le même thème : d’autres conseils, par Christelle Lacour, ainsi qu’une vidéo et une formation de pratique intensive

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le harcèlement, principal comportement indésirable au travail

857 plaintes ont été enregistrées en 2013 par le Groupe IDEWE (service externe belge pour la prévention et la protection au travail) au sujet de comportements indésirables au travail, ce qui représente une légère augmentation de 1,1% par rapport à 2012.

Parmi ces centaines de plaintes, près de 56% concernent des faits de harcèlement, indique le groupe ce mardi.

> Lire la suite de l’article

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les coûts du stress au travail

Le stress est devenu l’un des plus graves problèmes de notre temps : il met en péril la santé physique et mentale des individus et, en outre, il coûte très cher aux entreprises et à l’économie nationale.

Aux États-Unis, par exemple, le stress coûterait à l’industrie quelque 200 milliards de dollars par an à cause de l’absentéisme, des pertes de productivité, des indemnités de l’assurance santé et des frais médicaux directs.

Au Royaume-Uni, on estime que le coût du stress – maladie, baisse de la productivité, mouvements de personnel, décès prématurés – pourrait représenter jusqu’à 10 pour cent du PNB.

> Lire la suite : « le stress dans le monde du travail » (in Le travail dans le monde, IRS, 1993)

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les émotions ont une influence concrète sur la santé

Les compétences émotionnelles (CE) des personnes ont une influence concrète sur leur santé, mentale et physique, et sur leur bien-être en général, confirme une étude présentée mercredi et menée conjointement par la Mutualité chrétienne (MC), l’Université catholique de Louvain (UCL) et la Katholieke universiteit Leuven (KUL).

> Lire l’article complet (7sur7, via Belga)

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le bonheur au travail ! Sérieux ?

Un article rédigé par , le 03 novembre 2014.

Les gens travaillent mieux quand ils se sentent bien à propos d'eux-mêmes
« Les gens travaillent mieux quand ils se sentent bien à propos d’eux-mêmes » – Image : Henry Stewart bondissant sur la scène de Lift en demandant son avis au public, via internetactu.net.

L’enthousiaste Henry Stewart (@happyhenry, blog) semble avoir toujours un large sourire accroché au visage. Il est le PDG de Happy, une entreprise de formation en informatique londonienne qui dispense des cours à quelque 20 000 personnes chaque année. Cette PME est souvent citée comme l’une des meilleures entreprises britanniques en ce qui concerne le bien-être au travail (elle a plusieurs fois remporté le concours Best Place to work). Est-ce que s’appeler Happy suffit à rendre son personnel et ses clients heureux ? Est-ce à dire que pour être heureux au travail la méthode Coué suffirait ?

> Lire la suite

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les trois pouvoirs au sein de l’entreprise : risque ou opportunité ?

Quand on regarde une entreprise, on peut être frappé par les tiraillements intestins des différents pouvoirs qui agissent en son sein. Celui qui est le plus visible est bien entendu le pouvoir « souverain », cependant on peut bien vite s’apercevoir qu’il est mis à rude épreuve par le pouvoir « exécutif ». Ces deux centres de décisions et d’actions peuvent eux-mêmes être contrecarrés par le pouvoir de « surveillance ».

> Lire la suite sur le site Negoformation.eu

> Découvrir les autres articles de fond sur ce site

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Reconnaissance et malaise au travail

« La reconnaissance est devenue une demande quasi unanime chez les salariés. L’analyse montre qu’elle comprend quatre dimensions spécifiques » : la reconnaissance de la personne, des résultats, de l’effort et des compétences.

Par Jean-Pierre Brun, Sciences humaines, 2008 (mis à jour en 2010).

> Lire l’article sur la reconnaissance au travail

> Consulter le Grands Dossiers numéro 12 de Sciences humaines sur « le malaise au travail » (2008)

Lire aussi : On n’est pas reconnu !, par Jean-François Dortier.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les 5 ingrédients de la qualité de vie au travail

5ff68622-4aca-41f7-a60d-f6e31a76505f-large[1]

Selon un sondage ANACT TNS Sofres, les 5 mots qui caractérisent le mieux la notion de qualité de vie au travail sont :

  1. le respect à 64 %
  2. la reconnaissance à 58 %
  3. l’épanouissement à 46 %
  4. la motivation à 40 %
  5. la convivialité à 39 %
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail