« Comment j’ai survécu à la coolitude des start-up », ou l’envers du décor berlinois

Avec « Bienvenue dans le nouveau monde », qui paraît le 23 février 2017, Mathilde Ramadier démonte l’envers du décor des start-up qu’elle a vécu à Berlin. Contrôle, infantilisation, précarisation et, à la fin, un gâchis de talents : un portrait au vitriol mais avec humour de la bohème numérique

Comment j’ai survécu à la coolitude des start-up, ou l'envers du décor berlinois

[…]

Le mythe de la hiérarchie horizontale

Pas question non plus de prendre des initiatives. « La hiérarchie horizontale est un mythe« , estime-t-elle. Beaucoup se joue sur la sympathie, le tutoiement. Les convocations chez le manager des ressources humaines se concluent par un smiley. « La culture du LoL est partout« , constate Mathilde Ramadier, mais « à la fin, cette amitié sert souvent à faire passer plus facilement des heures supplémentaires non rémunérées« . Après tout, « puisqu’on ne travaille pas, on s’amuse, » pourquoi compter ?

Au passage, Mathilde Ramadier dénonce aussi cette gamification du travail qui sert essentiellement à surveiller les employés et les garder sous la main. L’un de ses exemples vécus : l’utilisation du logiciel 7geese où chaque employé doit afficher ses objectifs pour la semaine et « liker » ceux de ses collègues. « En principe, cet outil de management social sert à aiguiser la cohésion du groupe mais en pratique, c’est une mise en concurrence et un flicage permanent. J’ai vu le stress que ce régime de terreur engendrait chez mes collègues ».

Source et suite

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail